Comment aider les enfants à prendre conscience de leurs émotions, et les exprimer ?

Un projet intitulé « Schtroumpf que se passe-t-il dans ma tête ? », a été mis en place par la psychologue et une éducatrice du groupe de Petite enfance 2, sous forme d’ateliers proposés à un groupe de 4 enfants.

Dix séances d’1h30 ont été organisées, portant chacune sur une émotion spécifique: la joie, la colère, la tristesse, la peur, la frustration, la culpabilité, la fierté, la force, le tracas, la bouderie.

Après un rituel d’entrée, au cours duquel les enfants sont invités à porter un bonnet de Schtroumpf et à s’installer, un temps d’échange autour de l’ « émotion du jour » aide les enfants à enrichir leur compréhension. Puis une pause musicale permet aux enfants d’imaginer une mise en scène autour de l’émotion du jour. Deux à deux, les enfants passent alors à cette mise en scène, l’un jouant le Schtroumpf ayant l’émotion en question (Schtroumpf joyeux, triste, colérique…), l’autre jouant le grand Schtroumpf, personnage constant durant les séances, ayant pour rôle d’accompagner le premier Schtroumpf à comprendre et gérer son émotion. Les enfants ont pu choisir le personnage qu’ils souhaitaient jouer. Tous ont pu explorer les deux postures jouant tour à tour les « Schtroumpfs émotions » ou le grand Schtroumpf.

Les enfants ont bien investi ces ateliers, intégrant les règles et vivant le moment présent, chacun avec ses moyens tant du côté de la verbalisation que du côté de l’imaginaire. Si certains sont plus dans une forme de retenue, d’autre tiennent à partager leurs émotions et leur vécu quotidien et/ou familial.

La psychologue, l’éducatrice, et le groupe d’enfants travaillent dans le sens d’aider et d’accompagner l’enfant pour « gérer au mieux » ses ressentis. Selon Anzieu (1999), le groupe est « une structure d’accueil, d’élaboration et de réparation des empiètements, des traumatismes cumulatifs, des ruptures subies actuellement ou même autrefois par les sujets et contribue à restaurer chez eux l’activité de symbolisation. »

Ces séances sont par ailleurs enrichissantes pour la compréhension des enfants, et sont une aide dans leur accompagnement au quotidien en individuel et collectif, favorisant des effets positifs pour les enfants : émotions plus adaptées aux situations, meilleure verbalisation des difficultés ressenties.

Capture d’écran 2018-07-29 à 00.17.08

 

Bibliographie :

Anzieu D. (1999). Le groupe et l’inconscient. Paris, Dunod.

Chapelier, J.-B. 2009. « Les psychothérapies de groupe chez l’enfant et l’adolescent: les tentations éducatives», ERES. Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe, p. 9 à 27.

Privat, P. ; Quelin-Souligoux, D. 2000. Travailler avec les groupes d’enfants. Approche thérapeutique, Paris, Dunod.

Privat, P. ; Sacco, F. et coll. 1995. Groupes d’enfants et cadre psychanalytique, Toulouse, ERES.